Peurs et phobies chez l'enfant

La peur est une émotion inscrite de tout temps dans notre histoire et notre patrimoine génétique : elle est constituante de notre évolution et transformation en ce sens qu'elle nous a permis de réagir et de dépasser des situations dangereuses.

Dans sa fonction première, elle est la gardienne de la vie .
La peur peut devenir invalidante dès lors qu'elle nous emprisonne dans nos représentations erronées de la réalité ou quand elle réactive des situations traumatiques.
 
Pour l'enfant,  la peur est présente dès sa naissance : il traduit cette émotion en se cachant, en enfouissant sa tête dans l'épaule d'un proche, ou tout simplement en se mettant à hurler ou à pleurer. 

L'enfant a besoin de se confronter à la peur et les peurs enfantines sont des expériences qui font grandir l'enfant à condition d'être apprivoisées.
Les parents jouent un rôle majeur : trop de distance rend l'enfant craintif, trop de protection ne permet pas à l'enfant de construire ses mécanismes de défense.

Les peurs fréquentes selon l'âge de l'enfant (A.GOULET, psychologue, revue "naitre et grandir"):

  • A 8 mois : l'angoisse de séparation ( peur de l'abandon, peur de étrangers)
  • A 1 an : peur des bruits (aspirateur, sonnerie du téléphone....)
  • A 18 mois : peur des monstres, peur du noir.
  • De 2 a 4 ans : ce sont des peurs passagères et imaginaires (sorcières, fantômes...) car l'enfant développe des capacités d'imagination.
  • De 5 à 12 ans: les peurs sont associées à un objet ou une situation particulière, c'est aussi l'âge des peurs sociales (peur d'être rejeté de l'école, peur de prendre la parole). Les peurs proviennent souvent de situations qui sembles menaçantes ou qu'ils ne comprennent pas


Le rôle des parents est capital : par l'écoute, la reconnaissance de la peur, le réconfort, vous allez permettre à votre enfant d'apprivoiser sa peur, de la dépasser et renforcer sa confiance.

PEUR ET PHOBIE : les peurs disparaissent au cours de l'évolution de l'enfant, si certaines peurs s'installent durablement avec des répercussions sur le comportement, il peut s'agir d'une phobie ( phobie = peur irrationnelle d'une situation particulière qui empêche l'enfant de poursuivre sa routine quotidienne)

La phobie scolaire ( appelée par les professionnels de santé: refus scolaire anxieux) "est une manifestation du refus de la fréquentation scolaire, à distinguer du refus d'apprendre ou de difficultés d'apprentissage"
Elle constitue 5% des motifs de consultation pédopsychiatrique et touche entre 1 à 2% des enfants d'âge scolaire, elle concerne aussi bien les bons élèves que les élèves en difficultés.
Maux de ventre inexpliqués, crises de larme, humeur changeante, troubles du sommeil au moment des périodes scolaires sont des signes d'alerte.

Le refus scolaire anxieux apparait surtout à l'entrée au cours préparatoire , vers 6 ans, et au moment de l'entrée en 6ème  vers 11 ans et en 4ème  vers 13/14 ans.
Les causes sont multiples:

  • anxiété de séparation 
  • anxiété de performance 
  • peur d'échouer ( notamment si votre enfant souffre de troubles de l'apprentissage non identifiés: dyslexie, dyscalculie..)
  • peurs sociales: peur du ridicule, peur des autres (agression ou harcèlement vécu à l'école)
  • pression des parents trop importante 


QUE FAIRE?

  • Pour les parents:  reconnaitre l'anxiété de l'enfant et sa souffrance, mettre en place un accompagnement auprès d'un professionnel de santé (en parler à son médecin traitant, consulter un pédopsychiatre), maintenir le lien avec l'école



La sophrologie  peut être une aide complémentaire grâce notamment aux techniques favorisant le lâcher prise, la régulation des émotions. 

L' accompagnement peut être double:

  • auprès de votre enfant pour apprendre à se relâcher , renforcer sa sécurité intérieure et sa confiance. 
  • auprès de vous, parents , pour acquérir les outils vous permettant d' accompagner votre enfant à la maison à abaisser l'intensité de sa peur.